Où vas-tu avec tes raquettes?

Cette dernière semaine je suis retombé à zéro, comme un débutant.  J’ai connu l’euphorie de pratiquer un nouveau sport mais aussi les douleurs associées aux muscles nouvellement sollicités. Je vous le donne en mille: je cours en raquettes!

Alterner  de sport apporte son lot de bienfaits:

  • Fait travailler des muscles complémentaires
  • Réduit la monotonie
  • Permet la récupération « active » 

Je prends pour exemple un champion comme Killian Jornet, qui divise son année en 2 saisons: la course à pied de mai à octobre et ensuite le ski de montagne d’octobre à mai.

Courir en  hiver est je l’avoue un plus compliqué. Les pistes cyclables sont presque toutes fermées, les bancs de neige réduisent notre espace sur la route, et les trottoirs sont plus hasardeux. C’est pourquoi faire de la raquette vient multiplier les possibilités de parcours.

Pour moi, cela me permet de redécouvrir le parc Michel Chartrand situé à Longueuil. Je peux courir sur les sentiers pédestres, entre les pistes de ski de fond ou encore complètement libre dans la neige folle.

C’est ainsi que vendredi de la semaine dernière je me suis tapé le tour complet du parc comme première sortie. Quel plaisir de courir au milieu de la nature, de constater le calme de la forêt pendant cette saison morte. Mais, Oh boy!!! j’avais oublié la « période d’adaptation » requise pour modifier mon patron de course et surtout m’habituer à courir les jambes un plus écartées et surtout lever  les genoux un peu plus haut… Le résultat s’est fait sentir le lendemain: incapable de soulever ma jambe gauche de plus de quelques centimètres. Se lever du lit et sortir de mon auto étaient un enfer. Après 2 jours de souffrance, j’ai visité Maxime mon thérapeute de chez Kinatex et le diagnostic fut rapide: mon muscle psoas était tendu au max. Heureusement, après quelques exercices d’étirement prescrits, la douleur diminiue à chaque jour.

Hier, j’ai effectué ma 2e sortie dans le même parc et prenant soin d’y aller plus mollo. Youpii! Le plaisir était de nouveau au rendez-vous et peu de douleur le lendemain. 

Morale de l’histoire: laissez-vous le temps de vous adapter quand vous pratiquez une nouvelle activité. Ce conseil est bon même pour les ultramarathoniens …
  

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s