Où vas-tu avec tes grandes oreilles?

Si vous participez à des courses sur route, vous les avez sûrement déjà vu. Forts, ils sont capable de courir un demi ou marathon complet en tenant une pancarte à bout de bras. Au départ d’une course, il y a régulièrement un petit attroupement autour d’eux. Ils portent des oreilles de lapin et parfois une queue de coton. Vous avez deviné, ce sont les lapins d’allure ou « pace bunny » en anglais. 
Très utiles aux yeux de certains coureurs, les lapins ont pour mission de courir une distance donnée en un temps précis. Ma définition personnelle : c’est quelqu’un de fiable et qui est capable de jauger un parcours pour adapter sa vitesse en fonction du dénivellé (côtes en montant) du parcours afin de terminer un petit peu (moins de 1 min) avant son temps assigné.

Je suis lapin-bénévole depuis 3 ans. Ma première expérience fut le fruit du hasard, j’ai répondu à un appel à tous sur un forum Facebook pour remplacer un lapin à la dernière minute au plus prestigieux marathon du Québec, soit celui de Montréal ( http://www.runrocknroll.com/montreal/ ). J’ai eu environ une dizaine de jours pour me pratiquer avant le grand jour.

Ma mission était de courir le marathon en 4h30. Ceci représente une allure (pace) de 6min24secondes du kilomètre. Pour y arriver, je me suis pratiqué à courir à cette vitesse avec une montre GPS. Après 2-3 sorties, j’ai fini par adapter ma foulée pour que cela soit facile et non fatiguant.

J’ai tiré une immense satisfaction de cette première expérience. Le plaisir de guider d’autre coureurs, les encourager, les rassurer, d’écouter leur histoire. Ce fut très enrichissant.

J’ai répété l’expérience l’année suivante lors des 30km des rives de Boucherville ( http://courses-boucherville.ca) J’étais lapin pour courir le 10km en 1 heure. Donc un rythme de 6min/km. Ce fut également une expérience intéressante. Les gens étaient plus compétitifs car ils voulaient briser le mur du 10km en 1 heure. Le parcours étant plat, je me suis donc mis en mode « métronome » en donnant le décompte à chaque kilomètre franchi. Au 9e kilomètre, alors qu’il restait environ 500m j’ai crié « ceux qui veulent finir en bas d’une heure doivent me dépasser ». C’est alors que la quinzaine de personnes qui me suivait docilement se sont mise à accélérer et me dépasser un à un. Ils ont tous terminé sous la barre du 1 heure, de toute beauté. Et moi? J’ai gardé le ‘beat’ pour finir tout seul en 59min50sec environ. J’avais ma récompense en voyant tout le monde heureux à la ligne d’arrivée.

au départ du 15km des rives de Boucherville, la pancarte de lapin c’est moi!

En 2015, j’ai fait le lapin pour trois courses (Défi brise glace de Varennes – 15km ( http://brise-glaces.ca ), demi-marathon MEC sur canal de Chambly (1h50) en juillet et plus tard en octobre).
J’adore être lapin. C’est pour moi une façon de redonner à ce sport qui m’a beaucoup aidé dans la vie.

Il y a des lapin ´sérieux’ : ceux qui tirent des peloton de semi-élite à un rythme de 4min30/km ou moins, ceux qui sont du type amuseurs publics et il y a moi : un gars d’un certain âge, au look ordinaire, mais qui rassure, vulgarise et est prêt à répondre à toute les questions.

Comment on s’entraîne pour être lapin?

Un truc : avoir un « cheat sheet » avec les temps de passage à chaque km. Dans mon cas j’ai collé un tableau sur le manche de ma pancarte et à chaque kilomètre je vérifiais si j’étais près. C’est ainsi que je suis arrivé pile-poil au marqueur du demi en 2h15 (vraiment). J’ai terminé la course avec une toute légère avance d’une minute. Ainsi, ceux qui me suivaient, ont pu atteindre leur objectif.

Truc de lapin – temps de passage pour chaque km

Mes suggestions pour faire un bon lapin

  • Laisser son égo à la maison : vous n’êtes pas là pour être supérieur mais pour aider 
  • Choisir une distance et une vitesse avec laquelle vous êtes TRÈS à l’aise. J’ai déjà vu des lapins ambitieux arriver quelques minutes en retard ou pire abandonner pendant la course 
  • Être constant : c’est la raison principale pourquoi il y a des lapin, vous devez être sur le « cruise control », a moins qu’il y ait de fortes pentes à monter plus tard 
  • Avoir de l’empathie et ne pas avoir peur de parler aux gens, cela leur fait passer le temps et il ne faut pas s’offuscquer si on ne nous réponds pas, après tout il s’agit d’une course. 

Comment être lapin?

  • Surveiller les groupes facebook 
  • Pour Les courses MEC, allez sur leur site web dans la section commnauté et événements 

J’espère avoir la chance d’être lapin à nouveau en 2016. Pour le futur j’aimerais essayer l’expérience d’être ‘pacer’ pour un ultra-marathon de 160km un jour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s