La fois ou j’ai failli ne pas participer à mon premier ultratrail

En début d’année, j’avais énoncé mon intention (notamment à Aurore), que je voulais faire autant de compétitions sur trail que sur route. Tout l’hiver, je me suis appliqué à courir dans les sentiers de neige du parc Michel Chartrand de Longueuil ainsi que sur la piste cyclable le long du fleuve St-Laurent. Après la fonte des neiges, j’ai eu un coup de foudre en magasin pour des chaussures Salomon S-Lab Sense Ultra à 60$ de moins que le prix habituel. J’ai porté ces chaussures 1-2 fois par semaines pour continuer à m’habituer à courir en sentier.

Pour ma première compétition, mon choix s’est arrêté sur le festival XC Trail de St-Donat qui aura lieu le 25 juin. Au niveau de la distance, j’ai un peu hésité entre le 38km et le 60. Finalement, après 30 secondes, je me suis dit : Ultra > 42.2. Alors ce sera un 60!

A 2 semaines de l’événement, mon corps me semble top shape. Mes longues courses du dimanche oscillent dans les 30-35 km, tout est ok.

D – 14 (Dimanche)

C’est ma dernière long run avant la compétition. La semaine a été chargée, j’ai passé 3 jours à Toronto où j’ai très peu couru. Je me donne comme objectif de faire 32-35 km en 4 heures et quelques poussières. Je me réveille à 5 :30 mais je sens un incomfort dans le bas du dos. Je me léve pour prendre un petit-déjeuner et la douleur est vraiment présente, à ce point que j’ai presque le dos barré.

Merde!!!! Je me calme, je me dis que c’est peut-être juste un incomfort passager qui va passer dans les prochaines 24 h. Pas de course aujourd’hui, on prend un break.

D-13 (Lundi)

Ca va pas mieux. Toute la journée hier, j’avais cette douleur lancinante mais pas insuportable. Je vais travailler au bureau et lorsque je me lève à toute les 45 minutes pour me dégourdir les jambes, c’est comme si j’étais un vieillard de 90ans. Le dos barré, pas cable d’étendre mes jambes. La sensation est un peu moindre après 2 minutes de marche. Pas de temps à perdre : j’appele pour prendre un rendez-vous avec mon thérapeute Maxime de la clinique Kinatex.

Maxime est disponible mais ne peux me prendre que mercredi. Si tout va bien (je l’espère), ce,a me laissera un peu moins qu’une semaine et demie pour me remettre avant la course,

D-10 (mercredi)

Mon rendez-vous est à 18h et mon cas s’est détérioré depuis lundi. La zone de douleur s’est aggrandie dans mon dos et j’ai l’impression que mes genoux sont plus sensibles quand je descends des escaliers. Je commence a douter sérieusement que je serai en mesure de faire la course. La date limite d’échange de dossard est passée et il n’y a pas de remboursement. Seul mon hôtel peut être annulé à 24h d’avis. Ces idées noires me trottent dans le tête jusqu’à mon rendez-vous.

Ma session dure 1 heure dont 30 minutes d’électrostimulation. J’explique à Maxime ma condition et surtout ma compétition de samedi. Il effectue plusieurs manipulations, étirements, torsions, etc. et me rassure comme quoi je n’ai rien de grave et que je devrais être en mesure de courir dès samedi et de faire ma compétiton ce dimanche.

Je lui réponds : « non, non, pas ce dimanche mais celui de la semaine suivante ». Il me confirme que tout devrait être correct mais de ne pas m’énerver dans la prochaine semaine. Le gros du problème était une inflammation qui bloquait mes nefs et muscles du dos, probablement du à une petite élongation musculaire ou vertebre légèment déplacée.

Il y a de l’espoir!

D-7 (Samedi)

Le fait de prendre des anti-inflammatoires et de faire mes exercices d’étirement de la colonne ont beaucoup aidé ma cause. Hier vendredi, J’avais l’intention de courir un petit 20min hier et finalement le temps m’a fait défaut.

Je me lève vers les 6 :15 et c’est ma première sortie depuis 1 semaine. Je décide d’y aller mollo et de faire un test d’environ 7km.

Le temps est encore frais avant le début d’une journée qui s’annonce chaude. Ahhhhh le bonheur de courir, même lentement, me rempli de joie. Avec mes Hoka One One aux pieds, je me concentre sur ma foulée minimaliste, tout en douceur. Après 7.5km, pas de mal au dos, ni au genou; seulement un petit étirement à la cuisse gauche.

Allons-y un jour à la fois – tout les espoirs sont permis.

D-6 (Dimanche)

C’est le test : je vais courir un demi (21.1km) à rythme moyen-lent et on verra bien. Au réveil, aucune douleur, ça augure bien. Je décide de faire la piste cyclable qui part de Saint-Lambert pour se rendre au tunnel Lafontaine tout en suivant le St-Laurent.

Verdict : YES! Tout s’est bien passé. L’air était frais à 7h00 et je n’ai croisé que quelques cyclistes en entraînement pendant qu’il est tôt et qu’il n’y a personne. J’avoue que j’ai profité et apprécié chaque foulée de cette sortie. En prime, j’ai pu observer un champs de mousse similaire à de la neige et j’ai croisé une énorme tortue. Le bonheur quoi.

Au retour à la maison et tout le reste de la journée, je suis resté à l’affut de toute sensation ou début de douleur. Tout s’est bien passée.

Ma participation au XC Ultimate est maintenant chose possible!

On fait parfois des rencontres intéressantes le long du fleuve

D-5 & D-4 (lundi et Mardi)

Je suis sorti courir sur l’heure du lunch pour me réhabituer à mes nouvelles Salomon S-Lab Sense et également m’acclimater à la chaleur. Lundi, c’était à 33 degré que j’ai la fait un 8km et le lendemain un autre 7.5km à rythme plus rapide.

Je me réhabitue à courir vite et à tolérer la chaleur. Prochaine étape, les préparatifs pour le grand jour!

D-2 (vendredi)

Dans 24 heures je serais dans le bois avec les bibittes, les racines et la boue. J’en ai des papillons dans l’estomac mais de façon positive.

J’en suis a faire les derniers préparatifs pour la grande aventure. Pour éviter d’oublier quelquechose dans l’énervement, je me suis fait une liste de contrôle (checklist) et j’ai fait quelques achats essentiels de dernière minute : chasse moustique et crème solaire.

Je dois penser à mon « drop bag », c’est un sac de ravitaillement que l’organisation va déposer au ¾ du parcours et dans lequel on peux mettre vêtements, nourriture, souliers de rechange, etc.  


Mon premier objectif pour cette première vrai course en nature : terminer avec le sourire avant le temps limite de 10h30. Ma stratégie : m’économiser en montant les côtes, me laisser aller par la gravité en descendant (sans me casser le cou) et courir a rythme moyen-vite sur le plat.

Prochain article : mon compte-rendu de la course.

Publicités

2 réflexions sur “La fois ou j’ai failli ne pas participer à mon premier ultratrail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s