Calendrier 2018

Le début d’une nouvelle année est souvent une période propice à faire un constat de ses bonnes/mauvaises courses  et également planifier le calendrier des compétitions et sorties pour les prochains mois. On dirait qu’avec les célébrations entourant Noël et la nouvelle année, on passe un peu plus de temps à l’intérieur et on est moins dans le train-train quotidien du travail. Cela facilite l’introspection et la réflexion sur ses objectifs personnels.

 

Une année bien remplie

 

Quand je me suis mis à la course à pied, il y a de cela 10 ans, je m’étais fixé une compétition par année. C’était l’événement du marathon de Montréal en septembre.

  • En 2007, c’était un premier 10km chronométré à vie. À l’époque la course se terminait à l’intérieur du stade olympique, c’était magique.
  • En 2008, je monte mon entraînement d’un cran et participe au demi-marathon. Le plaisir augmente avec l’usage.
  • En 2009, après 3 ans d’entraînement, je cours avec succès mon premier marathon. En entrant dans le stade olympique pour les derniers mètres, les émotions m’envahissent et je pleure de joie d’avoir pu me rendre si loin.
  • J’ai couru d’autres éditions du marathon de Montréal par la suite. Certains seront plus rapides, et d’autres plus lentement en marchant, écrasé par la chaleur.

 

2007 : Ma toute première vrai course, un 10km !

Pour moi, ce rendez-vous annuel en septembre était suffisant pour me motiver à m’entraîner et assez loin pour me permettre de prendre des petits break, si nécessaire.

Cependant, avec le temps, je me suis dit qu’avec un seul événement, c’est comme mettre tous ses œufs dans le même panier. Je voulais vivre l’ambiance de ces rendez-vous sportifs plus souvent, mais pas nécessairement en mode ‘compétition’.  Je me suis donc inscrit à d’autres événements en cours d’année, mais à titre de lapin d’allure.

C’est ainsi que je suis maintenant un habitué du Défi Brise-Glace de Varennes (http://brise-glaces.ca/) ainsi que du demi-marathon MEC sur les bords du canal de Chambly.

Ayant délaissé les marathons au profit des ultras, je trouve l’exercice de planification annuelle plus compliqué.

  • Il y a relativement moins de courses à proximité;
  • Les frais d’inscription sont en général plus élevés;
  • Les places disponibles sont plus limitées.

 

Il y a des coureurs qui participent à des compétitions chaque semaine (à la Mike Wardian – http://mikewardian.com/schedule/ ) et d’autres qui ont également un calendrier bien chargé. Pour ma part, je ne suis pas un athlète professionnel, et j’essaie de balancer les autres aspects de ma vie (conjointe, enfants, famille, travail).

 

C’est quoi ton plan pour 2018?

Tout ça pour dire que je n’ai pas encore décidé ce que je vais faire cette année. Je pourrai me décider de prendre ma revanche sur le Bromont Ultra ou le XC Ultimate de St-Donat. Je pourrais aussi essayer une nouvelle course quelque part au Québec ou à proximité en Ontario ou USA. Cela reste à voir.

L’important pour l’instant, c’est de savourer le chemin accompli. Prendre soin de ses petits bobos. Et de prendre cela ‘un pas à la fois’.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s